Skip to content

[Livre] Les Trous du Cul du Monde par Tristan Savin

Il y a bien différentes façons de voyager, mais la question centrale, celle qui définira le degré de planification de votre prochain départ, pourrait être «  Aimez-vous les surprises ou pas ? ». Sachant qu’elles peuvent être bonnes ou mauvaises. A chacun sa réponse qu’il convient de respecter. Par exemple, vous comptez monter en haut du Machu Picchu. Soit vous montez sagement avec le flot de touristes, soit vous optez pour un itinéraire bis. Dans le premier cas, aussi fabuleuse que doit être la vue du sanctuaire inca, le degré de surprise sera déjà sérieusement amoindrit par les nombreuses photos ou documentaires que l’on peut voir ça et là. Dans le deuxième cas, vous vous ferez peut être la peur de votre vie sur une des nombreuses routes de la mort que compte le Pérou, ou vous tomberez sur un village indien dont l’état de détresse vous fendra le cœur. A vous de voir.

Un qui a choisi son camp se nomme Tristan Savin, ça a même été pendant longtemps son métier. Il était en quelques sortes défricheur pour les guides de voyage, il partait en repérage pour ceux qui n’aiment pas les surprises.

Tour du monde de la loose

Et il en a fait un livre sorti en 2016 chez Arthaud, un recueil de déconvenues et d’aventures rocambolesques nommé Les Trous du Cul du Monde, selon une théorie sienne : chaque pays possède son trou du cul. C’est un endroit sordide, poisseux, où les locaux et la nature sont hostiles et les tuiles se multiplient. Ça fait des choses à raconter, sachant que chacun a sa propre perception des choses. Time Square peut être l’enfer comme le paradis. Bref, après des années à vanter des endroits « typiques » et des villages « pittoresques », il était temps pour l’auteur de montrer l’envers du décor. Toutes les quatre-cinq pages, on passe du Maroc aux Galapagos, de la Birmanie à la Terre de Feu. On se fait courser par des meutes de chiens, des varans de Komodo, des ivrognes, des pirates.

Mais, qu’on se rassure, si la chance se provoque, le contraire est aussi vrai. Lui et son fidèle compagnon photographe ont parfois l’art de se fourrer dans des situations pas possibles. Le ton peut être à l’auto-dérision même si certaines situations auraient pu être tragiques. On sent dans le récit un goût pour les auteurs gonzo, voire beat, américains mais aussi pour les dialogues à la Audiard. Mais il ne s’agit pas d’une succession de gags pour autant, la tragédie humaine est toujours affleurante, provoquant mélancolie ou profonde tristesse en Haïti ou en Indes.

Les Trous du Cul du Monde ne sont pas un manifeste pour l’aventure. Tristan Savin, malgré son expérience en la matière, se garde bien de tout conseil ou morale aux voyageurs plus occasionnels. Mais la lecture de ce livre pourrait donner le goût des à-côtés, ces bleds en bordure que la route, qu’on ne fait que traverser, parce qu’il est certain que l’auteur doit avoir dans sa besace bien des anecdotes positives arrivées dans ces endroits laissés de côté. Des fois, une situation de quelques minutes, quelques mots échangés peuvent rester comme autant de souvenirs que le but principal. Et puis les Trous du Cul sont essentiels au fonctionnement de tout organisme.

Un livre pour Noel

Alors Noel approchant, pourquoi ne pas offrir ce livre à un proche aimant voyager ? Et il n’est pas interdit de le lire avant. Cet article participe à l’évènement inter-blogueurs « Un Livre pour Noel » organisé par La Voyageothèque, un site spécialisé dans la littérature de voyage où l’on trouve aussi bien des carnets de voyage sur la Chine qu’une ode au Camping-Car.

Et sinon, auriez-vous un Trou du Cul du Monde à vous ? Chez Wood&Beers, on n’a jamais vraiment eu la poisse, touchons du wood. On pourrait opter pour Bulgan, Mongolie, sa poussière, son ennui, ses jeunes camés.

3 commentaires

  1. Carine sur 14 novembre 2019 à 17 h 29 min

    Grâce à vous, je découvre un nouveau titre dont la lecture promet d’être divertissante ! Et, j’ai déjà beaucoup souri à vous lire !
    Merci d’avoir participé au carnaval d’articles !

    • Ju sur 14 novembre 2019 à 17 h 53 min

      Content que ça vous ait plu !

  2. […] Les Trous du Cul du Monde est un titre proposé par le blog Wood & Beers […]

Laissez un commentaire





Scroll To Top