J’étais à la Manif pour Tous

J’étais à la manif anti-mariage pour tous, hier. Il y avait du monde, énormément de monde. 400 000 personnes selon les forces de l’ordre, 1 500 000 selon les organisateurs. Comme ça, je ne serais pas dire qui a raison, qui a tort. Ce que je peux dire, c’est qu’il y avait une telle concentration de croyants, une foi d’une telle intensité émanait de la foule qu’il n’est pas impossible qu’un miracle divin ait multiplié les manifestants, c’est même tout a fait possible.

On était là pour la préservation de notre civilisation, elle s’effrite, elle s’écroule et bientôt disparaîtra sous une pluie de feu comme jadis Sodome et Gomorrhe, on était là pour demander au gouvernement de rassembler les brebis perdues plutôt que de les conforter dans leur dispersion. Des gens ne comprennent pas ça, l’importance de ce combat, peut être qu’ils comprendront quand ils seront sauvés, peut être qu’ils ne comprendront jamais mais pourront continuer à vivre heureux grâce à nous, heureux les simples d’esprits a dit le Seigneur.

tumblr_of4yxxx52h1urnsjio1_1280

Il y avait toute sorte de personnes dans ce cortège magnifique, des familles entières, des jeunes, des retraités, des représentants politiques, religieux, des messages de paix, d’amour, de retour à la raison. J’en profitais pour recueillir quelques réactions. Un couple accompagné de ses adorables têtes blondes, François-Yves et Sophie (qui ne s’interdisent pas quelques sorties au fameux club échangiste « La Poutre Apparente » de temps en temps) : »Nous sommes là pour défendre le lien sacré du mariage, c’est les bases d’une civilisation saine, regardez l’empire romain, il a disparu en même temps qu’il sombré dans la débauche ! ». Je les remercie et leur demande de passer le bonjour à Gégé le Python, le patron de la Poutre, la prochaine fois qu’ils y passeraient. Un peu plus loin, je rencontre le prêtre d’un diocèse d’Indre et Loir : »Oui, il était important pour moi d’être présent aujourd’hui, la famille est menacée, il est important qu’un enfant ait un papa et une maman pour qu’il grandisse correctement, l’Eglise est très vigilante sur ce sujet. » On sait bien que les prêtres protègent de très près l’enfance contre la possibilité d’adoption par des couples gays. Merci mon père. Que Dieu vous bénisse mon fils. Coquin, va !

C’est à ce moment là que la foule s’est agitée, il y a eu un moment de panique et un nuage de gaz s’est élevé, j’ai alors compris que ça y est, le pouvoir n’avait plus que la force pour nous faire taire, comme jadis les Romains avec le Christ. J’attrape Hubert (chef  d’entreprise, ne touche plus sa femme depuis des années, lui préfère la petite femme de ménage comorienne, qui elle au moins la ferme, de toute façon elle peut pas l’ouvrir, elle a pas de papiers Mouhahaha) qui court vers moi en crachant ses poumons : »Putain, ils nous traitent comme des arabes ces connards, on est des gens bien élevés, nous ! » Haha, sacré Hub’, tu sais, il y a quelques temps, les arabes qui manifestaient finissaient dans la Seine, alors te plains pas ! Ma réflexion lui arrache un sourire et il se tire. Je progresse vers dans le chaos en me protégeant le nez et la bouche avec la main, la scène est effroyable, le gaz lacrymo a le même effet sur les cathos que l’eau bénite sur les possédés, c’est de l’exorcisme pur et simple, les gens râlent à genoux, les yeux exorbités, ils vomissent de la matière verdâtre, c’est ignoble ! Et puis soudain, je la vois, là, gisante sur le trottoir, mon regard se fixe sur Christine Boutin et je pleure. Elle a tout donné pour le mouvement, corps et âme sans arrière pensée, pas comme l’autre Frigid Barjot, clairement là pour se faire de la pub. Sainte Christine, c’est elle, j’ai envie  de la prendre dans mes bras, mais quelque chose m’en empêche, je sens qu’elle doit vivre son calvaire jusqu’au bout. Exit Sainte Christine de Tyr, qui au IIIème siècle fut écartelée par son père pour sa foi dans le Christ, non Sainte Christine vécut le martyr sous François Hollande, elle tomba sous la violence de ses chiens pour défendre la famille.

Je marche au milieu des décombres, je rentre chez moi choqué. Je suis aussi un peu déçu de ne pas avoir vu de Femen, c’est des sauvageonnes qui vont seins nus comme des indigènes de contrées équatoriales. C’est nos ennemis, il parait qu’elles vivent qu’entre femmes et que si elles croisent un homme, elles lui tranchent la bite. Mais Sainte Christine, je ne t’oublierait jamais, je prierai pour toi chaque jour qui nous sépare de la pluie de feu.

Article déjà paru sur un autre blog le 25/03/2013.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *