Album : Fuzzy Vox – No Landing Plan

fuzzy-vox-cover-no-landing-planeFuzzy Vox 2016

A la sortie de l’hiver, certains avalent des ampoules de vitamines ou mangent des kiwis par paquets de dix pour se refaire une santé alors qu’un bon disque de rock’n’roll ferait l’affaire. Mais plutôt que le produit vedette d’un gros laboratoire … euh d’un gros label, trop dilué, à la composition trafiquée par des colorants artificiels ou conservateurs aseptisant, on conseillera une production locale toute fraîche, une pure dose d’énergie de passion et de nerfs. No Landing Plan de Fuzzy Vox par exemple.

La pochette propose des occupations autres qu’un film de science fiction sur une écran minuscule lors d’un vol long courrier. Vous pourriez brancher votre voisine, l’inviter à danser et alors l’avion se transformerait en club cool où passerait Pump It Up d’Elvis Costello et ses jambes élastiques, What do I get des Buzzcocks. Il y a de ça chez les franciliens, dans le dynamisme et l’absence de calcul, qui dégagent une énergie folle mais aussi une touchante sincérité. Dans la musique mais aussi dans l’esthétisme, logo chromé, souliers cirés, look soigné, un hommage au chaloupé Diddley beat, les références au passé ne sont pas pesantes du tout et plutôt signe de bon goût. Fuzzy Vox, c’est des refrains hautement explosifs comme celui de Told you Before, mais pas que, ils swinguent et l’allée centrale se renomme Easy Street, avant de chevaucher le plus sérieusement du monde sur de fières guitares flamencas.

No Landing Plan est un disque sacrément classe, et si vous n’êtes pas pressé de vous écraser, n’hésitez pas à le rejouer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *