Rencontre avec Philippe Vernay du Vinyl Café, l’Eden Rock

Mont de Marsan, préfecture des Landes entre la Chalosse vallonnée au sud et les grandes étendues de pins au nord, petite ville de province, connue pour ses férias de la Madeleine et son club de rugby pro. Mais les amateurs de musique se rappellent aussi du premier festival punk du continent aux arènes de Plumaçon avec les Clash, Damned, Jam et autres Eddie & the Hot Rods. Plus récemment la salle de concert du Café Music fêtait ses 20 ans en compagnie des Shérifs. Alors, Mont de Marsan rocks ? Oui ! D’autant plus que depuis début septembre, un magasin de vinyles l’Eden Rock, a ouvert ses portes rue Dominique de Gourgues, là où un énième vendeur de vaporettes n’avait pas fait long feu. Après une première visite fort sympathique, on avait  envie d’y revenir et d’en savoir plus sur Philippe Vernay, le patron des lieux.

Bonjour Philippe, qu’est ce qui t’a amené à ouvrir un magasin de vinyles à Mont de Marsan ?

Plusieurs facteurs, réfléchis et dûs au hasard. Moi je viens de Cannes sur la côte d’Azur, j’ai eu une boîte de clim pendant 17 ans et en 2006, j’ai ouvert un magasin de vinyles avec mes 200 doubles, j’étais collectionneur à la base. C’était un sympathique couloir de 15m², le vinyle était hyper confidentiel à l’époque, mais j’ai acheté mon premier lot de 1200 disques, je me suis pris au jeu, je me suis fait une petite réputation sur Cannes, j’ai revendu ma boîte de clim, et là, ma femme a été mutée à Mont de Marsan.

On est arrivé le vendredi 21 août pour un concert de Dr Feelgood, et en rentrant on est passé devant ce local vide … le mardi je signais et je rapatriais le stock de Cannes.

eden café 3La clientèle doit changer de Cannes à Mont de Marsan …

Ah oui ! A Cannes, j’avais des collectionneurs qui cherchaient le mouton à cinq pattes, le pressage japonais ou yougoslave qui leur manque. Ici j’ai des amoureux de la musique, des jeunes qui découvrent la musique sur internet et qui veulent se faire un plaisir de temps en temps avec un vinyle, ceux qui ont ressorti la platine du grenier, quelques collectionneurs aussi qui veulent agrandir leur collection. J’ai du rare et du courant dans le magasin, pour les deux publics.

Peut on en savoir plus sur ton passé musical, tu as en partie répondu avec ton magasin de Cannes, tu as joué dans des groupes ou autres ?

Oui, je baigne dans la musique depuis mes 16 ans, j’avais monté un groupe punk à Cannes en 1980, puis j’ai eu des formations post-punk, new-wave. Et j’ai monté un label qui est toujours en activité, Ki-Mono Records, on a sorti il y a 15 jours le deuxième album de Kaos Karma, on est dans du blues, electro très urbain, entre Elvis Presley et David Lynch, assez noir, avec une voix de crooner, c’est assez particulier.

Revenons en au magasin, il y a la quantité et la qualité. Quand on parcourt les bacs, on voit bien que t’es très regardant sur la qualité de tes références …

Oui oui, j’ai pas envie d’ensevelir le magasin sous du Luis Mariano ou du Rika Zarai, c’est vraiment ciblé, c’est pour les passionnés de musique. Il faut surtout pas véroler le magasin avec des mauvais disques, l’amateur de rock a pas envie de fouiller au milieu des disques de variété.

T’exposes aussi …eden café 2

Oui, un artiste par mois, là c’est Vérône qui réalise des portraits d’artistes ainsi que des bijoux à base de vinyles. C’est super bien fait, elle m’a fait le Blackstar de Bowie par exemple.

Sinon t’es bien intégré à Mont de Marsan ?

L’intégration s’est faite en 2 minutes 6, les gens m’ont fait un accueil incroyable. La radio MDM a parlé du magasin et maintenant j’ai une rubrique sur leurs ondes. Sud Ouest m’a fait un bel article, France 3 est venu filmer … J’ai l’impression que les gens étaient contents qu’un disquaire ouvre chez eux et qu’ils avaient envie que ça marche. On peut acheter des places pour le Café Music ici, on va peut être organiser des petits showcases ou des dédicaces suivant les artistes. J’ai envie que ce soit plus qu’un magasin, un lieu de vie ou on peut venir discuter autour d’un café.

Je passe aussi des disques en DJ Set à l’Aviator, un soir par mois.

J’ai vu que le produit le plus vendu chez Amazon était la platine vinyle. A ton avis le revival est parti pour durer ?

Ça va durer encore 2 ans, à mon avis on va atteindre le pic à Noël prochain, puis ça va redescendre doucement, restera les passionnés, mais je suis assez confiant sur l’avenir. C’est le produit qui rappelle des souvenirs, c’est un produit plaisir.

Le plaisir, un beau mot pour clore cet entretien. Merci Philippe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *