Album : I.D.A.L.G. – Post-Dynastie

Teenage Menopause Records 2015

Ces dernières années, Montréal s’est distingué comme une ville exportatrice de talents psychédéliques, après la tornade magnétique Pypy et les rêveries cotonneuses de Chocolat, voici, à mi-chemin, IDALG, pour Il Danse Avec Les Genoux. Un nom qui pourrait laisser croire à une certaine légèreté, mais non il ne s’agit pas de jerk néo-yéyé, et la pochette de leur première livraison Post-Dynastie calme de toute façon. On y voit quoi ? Sous une nuit étoilée, un crâne se camoufle dans des monts dentelés, puis plus loin un volcan en éruption, puis une porte qui donne sur le jour, le désert et une pyramide maya. Non ce n’est pas simple.

Non ce n’est pas si simple, si les formations psychédéliques semblent vouer un culte soit au Soleil via des influences californiennes soit au Démon en rejoignant l’arbre généalogique du Black Sabbath, IDALG descend le continent jusqu’à Thula la capitale de feu l’empire Toltèque pour se livrer au culte de Quezaltcoalt le Dieu serpent à plume.

Et donc musicalement, ça donne quoi ? C’est là que la transition n’est pas facile. Sous d’épaisses mais dynamiques sonorités 70’s, qu’on retrouvait déjà chez leur voisins de Chocolat, une voix très en retrait laisse entendre quelques pointes de ce charmant accent québécois, en français dans le texte. Ils alternent tempos enlevés un brin bordéliques et plages plus calmes et mélancoliques, les ambiances graves et légèrement naïves. Il y a aussi ces instrumentaux, comme des miroirs entre deux mondes ou deux époques, les désirs et les faiblesses des Dieux et des mortels sont les mêmes.

A priori aucun sacrifice humain n’a été nécessaire à la réalisation de ce disque. C’était pas si grave que ça, on peut continuer à danser des genoux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *