Guide W&B de San Francisco, Part 1

Comment se déplacer ?

En voiture.

Vous arrivez de Los Angeles. Là bas vous avez tout fait en voiture, vous vous êtes garés sans difficulté aucune sur le Hollywood Boulevard, le pneu avant droit sur l’étoile dédiée à Britney Spears. N’essayez pas à San Francisco, si vous êtes fin observateur, vous avez peut être remarqué que la ville est à taille humaine et que la moindre rue n’a pas la largeur des Champs Elysées. Alors garez vous pour de bon à votre arrivée en ville.

Ah si ! Il y a des blaireaux qui sont tout fiers de manœuvrer dans les virages ultra-serrés de Lombard Street entre Hyde et Leavenworth alors que leur bonne femme les filme depuis en bas. Vous pouvez en faire partie, ça ne nous regarde pas.

En Cable Car.

C’est un tramway en plus classe. En fait c’est pas la même chose, c’est l’ancêtre. C’est une relique en bois du 19ème siècle. Parce que San Francisco a une histoire avant l’invention de la TV contrairement à LA. C’est aussi un attrape touriste. Pensez que si vous montez à bord pour la modique somme de très cher, vous ne pourrez plus le photographier puisque vous serez à l’intérieur.

Sausalito mérite quelques coups de pédales supplémentaires - photo JB pour W&B.

Sausalito mérite quelques coups de pédales supplémentaires – photo JB pour W&B.

En vélo / en bateau.

Vous trouverez pas mal de loueurs de vélos à San Francisco vers le Fisherman’s Wharf, alors que la ville est plutôt vallonnée, avec certaines rues limite abruptes, vous aurez remarqué (sachez par ailleurs qu’il faut se garer les pneus avant en biais dans ces rues sous peine d’amende). En fait les vélos se louent pour une seule et unique balade : longer la baie, traverser le Golden Gate, descendre à Sausalito de l’autre côté de la baie et revenir en bateau. Vous pouvez vous dire que vous reviendrez aussi en vélo, mais une fois la descente faite, vous imaginerez très bien la montée et oublierez très vite cette idée.

Faites pas les bourrins, prenez le temps d’admirer le pont depuis les différents point de vue. Profitez de la traversée, tout ça si le brouillard n’est pas trop épais bien évidement.

Faites pas les moutons, ne montez pas dans le premier ferry une fois à Sausalito. Certes, l’ancien village de pêcheur, jadis prisé par Janis Joplin et la génération hippie a perdu son charme et le centre pue l’oseille mais allez un peu plus loin, dix coups de pédales pas plus, il y a un village lacustre, des péniches bariolées avec chacune sa déco savamment étudiée, c’est tout à fait charmant et là pour le coup, il y a un fort parfum de Flower Power.

En bus / à pied.

Bon, tout leur réseau de tram, métro, bus, c’est le flou artistique, mais le bus doublé de quelques miles à pied est bien le meilleur moyen de sillonner la ville, qui reste pour la partie touristique (oui, vous êtes un touriste) à taille humaine.

Mais une chose, n’achetez pas de putain de ticket à la journée. Achetez un billet simple par jour et montrez le innocemment au chauffeur ou au contrôleur, ils feront un « Yeahyeahyeah » et un signe agacé de la tête pour vous dire d’aller vous asseoir. Vous n’êtes pas un connard de Français, c’est pas de la malhonnêteté puisque les infos sur la validité des tickets ne sont pas claires et qu’ils s’en foutent royal !

Ah oui ! Des fois le chauffeur s’arrête, dit que tout le monde doit descendre alors que c’est pas du tout le terminus, et il faut descendre …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *