Album : Windhand – Grief’s Inferno Flowers

Relapse 2015

Il y a des musiques de saison, comme les petit plats et les fringues. Vous n’aurez pas envie de manger une tartiflette avec des moufles en juillet, vous n’aurez pas envie d’écouter Windhand non plus. Mais quand les jours baissent, que les feuilles tombent, que vous êtes bien dans votre canap’, alors vous ne le savez sûrement pas mais vous avez besoin d’une berceuse venue des ténèbres, de doom metal.

Pour rappel, le style est né la nuit où le Black Sabbath sortit son titre éponyme Black Sabbath, c’est lent, c’est lourd et occulte, ça parle de morts, de maléfices, de planètes lointaines qui s’entrechoquent, avec un certain mystère, pas question ici de sujets aussi vulgaires que les lutins ou les orques.

Les membres de Windhand portent les cheveux longs et le t-shirt d’un groupe avec qui ils ont joué à Des Moines, Iowa ou Boise, Idaho. Ils aiment aussi les forêts l’hiver et les granges abandonnées comme la pochette de leur disque précédent Soma. Celle de ce nouveau Grief’s Infernal Flower est étonnement verte, car il est moins rude, mais ne vous y trompez pas. Quand ils branchent les instruments, par dessus le larsen, des rochers tombent du ciel dans un bruit sourd, par intervalle régulier, et la voix douce et légère flotte dans les airs sans s’en soucier. Et quand la pluie finit par s’arrêter, que les étoiles se dévoilent, le gel recouvre la plaine, c’est pour un folk glacial et désolé, on entend presque le blizzard qui s’engouffre dans le conduit de la cheminée.

Windhand a sorti un nouveau disque, c’est un produit de saison, l’été indien touche à sa fin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *